Gueule Maudite

by Vol de Nuit

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Coffret digisleeve + livret 16 pages avec textes, habillé des peintures de Jeanne Held.

    Includes unlimited streaming of Gueule Maudite via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €10 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

1.
2.
05:34
haut au-dehors file une ombre d’or au large le sommeil sans voiles s’envole seul – comme un adieu à eux file minuit pile bien loin sur son île file minuit pile bien loin sur son île à ailes y as-tu soufflé un peu ? y as-tu sombré au mieux ? Éole aère la mer calmée à quoi ? à quoi bon ? au fond du seau cent paquebots se font les crocs cent méduses en mille morceaux fendent les flots un écho en bulles d’eau " les songes sont finis on remonte l’eau du puits " ["..."] de Raymond Queneau, extrait du poême « Le Réveil », in Battre la campagne – Gallimard 1969
3.
là latent l’attentat tant attendu la tentative l’instant tardif tu
4.
au bout d’un fil planent d’impossibles lucanes cerfs-volants aux bois brûlants torches sanguines panthères de pétrole et gazelles gazolines crinoline se dessèche briquets, dynamite sont de mèche c’est l’incident sans l’incendie ici le soufre m’obscurcit l’esprit et si je souffre c’est un sursis au bout d’un fil la colère d’un bestiaire incendiaire survolant un roi violent moi phénix me noie dans le Styx que mes cerfs amerrissent et m’embrasent les sacs-de-nœuds s’entêtent et les casse-tête s’en mêlent briquets, dynamite sont de mèche c’est l’incident sans l’incendie ici le soufre m’obscurcit l’esprit et si je souffre c’est un sursis fondez sur moi * mes cerfs m’ont cerné encerclé et si on dansait ? cendrés mais l’hydre affamée enflammée me sert un sourire acéré les fauves s’affolent et feulent un feu d’enfer il faut faire face affronter la colère du bestiaire incendiaire défier l’effet de serre dissoudre le feu en poudre qui me ressuscite c’est l’incident sans l’incendie
5.
05:15
où sont passés les mots dits ? c’est au son des scies que les signes se dessinent la patte du griffon broie le brouillon chasse l’imbécile d’un coup de crayon mais les allumés s’en reportèrent aux écritures grise mine pour encrier pur-sang se renverser sans crier pour autant on sont passés les mots dits ? c’est au son des scies que les cygnes s’enfuient l’envol du bourdon flingue le canson hier aux griffes d’un coup de crayon la plume s’honore de ne cribler que le papier grise mine pour encrier pur-sang se renverser sans crier pour autant une poignée de mots muets arrachés au temps sa craie sacrée garde un secret qui s’écrie à haute voix s’écrit à haute voyelle grise mine pour encrier pur-sang se renverser sans crier pour autant des boulevards de buvards bouclés arrachés au temps
6.
de la figure au style ce moteur a l’air occis plus mort que nature ce que vous dîtes n’a aucun sens ce que vous dîtes n’a vraiment pas de sens c’est bien n’importe quoi ce que vous me dîtes là vrille au cœur de la machine vrille au cœur de la machine vrille au cœur de la machine
7.
06:12
laisse les peupliers trembler couvre tes arrières de pensées d’une épingle à ta boutonnière s’accroche l’azalée forêts de charmes et parterres à tomber sans bruits s’enterrent à six pieds des cyprès des lys se rincent l’iris un brin de malice se glisse en coulisses des corps plantés repoussent les regrets hier encore grimpe aux murets écorche l’azalée laisse le saule s’alarmer d’un seul de ses pleurs bruisser la rumeur de peur de se retrouver à s’épier de si près des lys se rincent l’iris un brin de malice se glisse en coulisses vandalise le bush des lys se rincent l’iris un brin de malice se glisse en coulisses laisse aller les peupliers des cimes décharnées se dessinent des charniers désincarnés et tu cherches tes pensées acharné encore à tout arracher l’écorce et l’azalée mais les allées ne se bordent que d’impatiences

credits

released March 31, 2016

composé, arrangé, réalisé et enregistré par Alex Page & Victor Page
textes de Victor Page
sauf “les songes sont finis / on remonte l’eau du puits” de Raymond Queneau
extrait du poème “Le Réveil”, in Battre la campagne - Gallimard 1969

enregistré quasi intégralement à l'Art H.
batteries et voix (sauf 3 & 6) enregistrées chez et par François Ageorges
mixé par Martin Bonami
masterisé par Jean-Pierre Bouquet à l’Autre Studio

Alex Page : batterie, percussions, synths & claviers
Victor Page : voix, guitares & co, synths & claviers
Benoît Peille : basse
Arthur Bercovitz : chœurs sur 2, 4 & 7
Emmanuelle Duvillard : chœurs sur 2, 4 & 7
Véronique Duvillard : chœurs sur 2, 4 & 7
Éric Page : chœurs sur 2

Jeanne Held : peintures

license

all rights reserved

tags

about

Vol de Nuit Paris, France

Des atmosphères riches, des riffs qui tachent, du chœur et des machines sur plume française.

contact / help

Contact Vol de Nuit

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Vol de Nuit, you may also like: